Espagne

Un jour à La Corogne

Un jour à La Corogne

Il y a quelques années, j'ai assisté à une conférence sur les énergies renouvelables en Comme Pontes de García Rodríguez (A Coruña), ville où se trouve la centrale thermique la plus puissante d'Espagne, qui à l'époque avait épuisé les stocks de charbon de la mine d'où elle était approvisionnée, laissant un immense trou dans le sol que, comme ils nous l'ont expliqué, ils avaient l'intention de remplir d'eau de la rivière Eume. Heureusement le projet a été mené à bien et aujourd'hui le trou est devenu le plus grand lac artificiel d'Europe (périmètre de 18 km).

Eh bien, une fois le congrès terminé, j'ai décidé de rester une journée à La Corogne pour mieux connaître la ville. J'ai séjourné dans un hôtel situé sur la plage de Riazor, presque au centre, pratiquement à la hauteur de l'isthme de la péninsule dans laquelle se trouve la ville.

C'était un samedi de juin et quand je me suis réveillé le matin, la vue de la plage et de la promenade le long de laquelle de nombreuses personnes marchaient et couraient nous invitait à sortir et à les rejoindre. J'ai commencé à marcher avec l'intention de parcourir toute la belle promenade bien entretenue qui borde complètement la péninsule. J'approchais lentement du Tour d'Hercule appréciant le paysage et, bien sûr, à mon arrivée, j'ai fait la visite requise et passé un peu de temps à parcourir les espaces verts de ses environs et à admirer la grande rose des vents construite au sol, dans un espace très proche de la mer.

Photo: pexels.com

Après la visite et à mon retour au Paseo Marítimo, je ne me sentais pas assez fort pour terminer la visite à pied. J'ai donc pris le tram touristique qui a fait le trajet complet pendant l'été et je dis pourquoi un déraillement malheureux s'est produit au début du mois de juillet de l'année dernière, ainsi qu'un manque de rentabilité et un mauvais état des voies en certains points de Son aménagement a conduit à la décision du conseil municipal de supprimer le service sine die, je doute donc que cet été, les visiteurs de La Corogne puissent profiter de cet agréable voyage en tramway du début du XXe siècle.

Le tram m'a déposé à la marina, presque en face du magnifique front de mer qui avec ses points de vue vitrés blancs est devenu une icône de la ville. Je suis allé dans le vieux quartier et j'ai immédiatement trouvé la Plaza de María Pita, un lieu emblématique dédié à l'héroïne qui a défendu la ville de l'attaque des Anglais au XVIe siècle. Sur la place se trouve la mairie et aussi le restaurant qu'ils m'avaient recommandé de bien manger, le restaurant La Penela. Il est situé dans un bâtiment moderniste dans un coin de la place et propose une cuisine traditionnelle galicienne, mais son aspect élégant ne correspondait pas à mes vêtements, chemise et pantalon de jogging, j'ai donc choisi d'entrer dans la taverne du même nom qui se trouve dans le coin suivant. Là, dans un environnement plus populaire, convivial et familier, je me souviens avoir bu une omelette aux pommes de terre à la Betanzos qui était délicieuse.

Photo: wikipedia.org

Après avoir changé mes vêtements à l'hôtel, j'ai passé une partie de l'après-midi à me promener dans le quartier piéton et commercial Vraie rue et ses environs, puis allez à Théâtre Colon, situé sur l'avenue de la Marina dans un espace vert très agréable à côté des jardins Méndez Núñez, où j'ai assisté à un concert prévu dans le cadre du Festival Mozart qui a lieu à La Corogne chaque année pendant les mois de Mai et juin. A la sortie, j'ai marché jusqu'à la rue du Strip, pleine de bars et tavernes qui, en raison de leur caractère touristique marqué, restaient encore ouverts certains d'entre eux. Un gratin de pétoncle et une portion de poulpe de Galice, arrosé des deux plats avec un bon alvariño, a satisfait mon appétit et a mis fin à ma visite de la ville de La Corogne.

Vidéo: La noche de La Corogne - Espana (Octobre 2020).